01/05/2008

L'arc-en-ciel

Planckendael l'arc-en-ciel

 

 Dans le parc animalier de Planckendael,  une carpe que Nanny a croisé lui a raconté cette histoire que son père lui avait rapportée.

100_5437

 

Dans un temps très lointain,

 alors que l'étang était serein,

100_5433
 

par la magie du vent,

 du temps, de la lumière, ou de l'eau,

 nul ne le sait,

un arc-en-ciel prisonnier des vases de l'étang, se fit la belle jusqu'au bout du ciel.

100_5436

 

Son butin ,

un chaudron rempli de pièces d'or,

 produit de ses larcins,

il a emporté.

Depuis,

 nombres d'inconscients se sont perdus dans cette quête désespérée ,

 épuisant inlassablement le temps à la recherche du premier louis d'or.

100_5444

 


 

10:47 Écrit par nanny dans BALADES, L'arc en ciel | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : nanny |  Facebook | |

Commentaires

Magnifique arc en ciel...
Excellent 1er mai et à bientôt.

Écrit par : mamyplume | `2008-05-01 à 11.01:01 `

Répondre à ce commentaire

Alors miss .... Ou es-tu ??? je veux lire tes contes ... ;(

Amitiés

Écrit par : adespota | `2008-06-10 à 12.50:23 `

Répondre à ce commentaire

What a nice story! You have taken beautiful pictures of the rainbow.. How did you do that?
Have a nice evening.

Écrit par : moekemama | `2008-06-20 à 21.23:51 `

Répondre à ce commentaire

Bonsoir
comment vas tu?

J'en appelle à l'amitié, celle qu'on dit éternelle,
Quand on est enfin libre, de donner sa confiance,
Et partager nos larmes, comme nos éclats de rire,
Ou se laisser aller à faire des confidences,
Et dans un seul regard, on dialogue en sourire.

J'en appelle à l'amitié, celle qu'on dit si belle,
Quand on est allongé, sur un lit de douleur,
Dans un hôpital gris et déshumanisé,
La porte qui s'ouvre enfin, sur l'ami espéré,
Fait scintiller les murs et oublier la peur.

J'en appelle à l'amitié, celle qu'on dit fidèle,
Quand on est mal aimé, en proie au mal-être,
On pense au chien dévoué, qui ne jugera jamais,
Passant sa vie de bête à respecter son maître,
Aussi sincère que lui, l'ami qui nous connaît.

J'en appelle à l'amitié, celle qu'on dit fraternelle,
Quand on est différent, soit de couleur de peau,
De religion, de classe, ou de façon de vivre,
Sa tolérance est telle, qu'on le trouve si beau,
L'ami qui nous accepte, celui qui nous fait rire.

J'en appelle à l'amitié, celle qu'on dit immortelle,
Quant on est solitaire, chacun dans sa tanière,
A ignorer les autres, fier et indifférent,
Alors qu'il suffirait d'éclater les barrières,
Et dire comme l'ami, je suis là maintenant.

Passe une bonne soirée et une douce nuit
ton amie
Layla

Écrit par : LAYLA | `2008-07-08 à 18.59:11 `

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.